« Trois Concerts », de Lola Gruber (Phébus)

« Lutter ne sert à rien, tes stratagèmes s’épuisent et t’épuisent, tu n’as rien oublié ni rien fini. Les souvenirs t’assaillent de temps en temps, tu les laisses faire, ils sont fidèles comme une maladie chronique, une attaque de goutte par temps de pluie comme des petits vertiges, ou comme toute autre gène avec laquelle on vit bien. »

Avec Trois concerts, on s’immerge dans la tête et dans la vie de trois personnages, vouant ou ayant voué leur vie à la musique. Beaucoup de d’histoires s’entremêlent donc, mais sans perdre de vue le fil rouge, conducteur, les fameuses Suites de Crespen.

Trois histoire se croisent…

  • Celle de Victor Sobolevitz, vieux violoniste un peu grognon, adoubé par le monde musical en son temps, il se retire subitement du devant de la scène suite à un traumatisme lié à l’enregistrement des Suites de Crespen. Il est le seul détenteur des partitions et de l’enregistrement de ces fameuses suites…
  • Celle de Rémy Nevel, qui laisse perplexe… Le personnage peut parfois être irritant. Rémy Nevel est un critique musical fasciné par Victor Sobolevitz et qui cherche absolument à retrouver l’enregistrement si mystérieux des suites de Crespen, ou, au moins, les partitions! Pour cela, il est prêt à tout.
  • Et enfin, il y a Clarisse, qui fédère toutes les histoires… Enfant, elle était plutôt sévère pour son âge, froide, carrée, sérieuse. Elle vient d’une famille modeste qui ne comprend pas son comportement… Elle fait du violon, et à son image, son jeu est strict, simple, sans emphase. Ses professeures de musique lui trouve un talent particulier mais ne supporte pas la personne, dont la froideur leur rappelle un certain Victor Sobolevitz… Elle finit par le contacter, il accepte de lui donner des cours, alors jeune enfant elle quitte sa famille pour une autre, plus proche de Sobolevitz et qui l’accepte telle qu’elle est.

Ce roman raconte à travers ces trois personnages la destinée d’une partition maudite, mais aussi et surtout l’amour, la passion de la musique. La musique salvatrice, pour Clarisse par exemple, mais aussi destructrice comme elle a pu l’être pour Victor Sobolevitz.

 

Au début, j’ai été assez déstabilisée par la narration à la deuxième personne du singulier. Comme je n’avais pas tous les personnages en main dès le début et que le récit nous promène dans le présent et le passé, j’avais parfois (et sûrement à cause de la fatigue aussi) du mal à comprendre « qui j’étais ». Mais une fois les bases bien posées, j’ai été happée par cette histoire, par les personnages, par cette volonté de découvrir le dénouement, de faire tomber les masques…
Et l’écriture. Un délice de travail et de mélodie. L’autrice a un réel talent pour écrire la musique et les sensations!

En bref, c’est un livre sur la passion, la musique, l’amour… sur la vie, somme toute!

 

005993695Titre: Trois Concerts
Auteur: Lola Gruber
Édition: Phébus
Date de publication: 03/01/2019
Pages: 592
Prix: 24€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s