[Mardi Russie] « L’hôtel » de Yana Vagner.

Un thriller littéraire et sociologique…

 

Un petit résumé, peut-être?

Un meurtre, huit suspects, un témoin et un hôtel noyé dans la neige et les sapins…

Ivan décide de réunir ses amis pendant une semaine dans un hôtel à la neige. Dès le début, le courant ne passe pas (sans mauvais jeu de mot 😉 ) avec le maitre d’hôtel. Très vite, les neuf russes comprennent qu’ils vont devoir passer la semaine isolés du reste du monde: pas d’internet, les portables ne fonctionnent pas. Seuls le téléphérique et la radio constituent une passerelle vers le monde extérieur.

Pour essayer de remédier à la mauvaise humeur ambiante, chacun y met de sa bonne volonté: on prépare un barbecue et, surtout, on s’envoie quelques verres. Les hommes sont bourrés, une bagarre manque d’éclater. Bref, une soirée normale pour ce groupe d’amis…

Le lendemain, au réveil, mauvaise nouvelle: coupure d’électricité. Evidemment, tout le monde va de sa critique. Ils discutent tous dans la cuisine en attendant Masha, la lève-tard. Quand elle arrive enfin, ils lui expliquent la situation. Elle s’offusque, souffle. Une fois le venin craché, on commence à se poser des questions: il manque une personne. Où est-elle?

Deux personnes, sur les huit, le savent. L’un est témoin, l’autre est meurtrier.

On cherchera à savoir qui a tué Sonia. Mais pour cela, il faut laver son linge sale. Le meurtre de Sonia est une manière pour chacun d’entre eux de crever l’abcès et de revenir sur des traumatismes passés.

 

Si mon avis vous intéresse…

L’hôtel est un magnifique roman noir sur l’errance et l’angoisse de la génération perestroïkienne (si je peux me permettre le néologisme) et post-communiste qui a du mal à accepter sa condition. Au delà du huis-clos angoissant, nous découvrons surtout une communauté qui a du mal à trouver sa place. La plume de Yana Vagner nous accroche tout de suite, l’écriture est impressionnante, fluide et pleine de petits clins d’œil aux grands noms de la littérature.

Ce texte est édité par Mirobole éditions et traduit par Raphaëlle PACHE qui a fait un travail fantastique.

Le premier paragraphe pour vous donner envie de courir l’acheter!

« A quatre pattes, elle examine le semis de gouttes sombres grignotant la neige entre ses paumes écartées. Dans les ténèbres, le sang paraît noir. Ne te retourne pas, s’intime-t-elle. Lentement. Ne te relève pas. C’est encore trop tôt. Sa lèvre supérieure est engourdie, elle a dans la bouche un mélange à la fois brûlant et salé. Elle n’a pas mal, elle n’a pas encore peur, elle est simplement concentrée. Elle a besoin d’une pause pour reprendre ses esprits. Il n’y a rien d’irréparable dans le coup qui l’a jetée à terre; ce n’est rien de plus que l’instant du choix. Une bifurcation. Ce qui va arriver ne se trouve écrit ou défini nulle part, le cours des événements peut encore être infléchi. Alors elle sent sa tête qui bourdonne, l’incline, crache un peu de sang, écarte même sa main gauche pour ne pas la souiller. »

 

VAGNER Yana, L’hôtel, Mirobole éditions, 2017.

 

 

 

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. lebouquinivre dit :

    Ce livre semble assez atypique, mais très intéressant !!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton avis! Je n’avais pas pensé au qualificatif atypique, mais c’est bien vu. J’ai du mal à vraiment le ranger dans une catégorie.
      Je pense que c’est vraiment le positionnement de la maison d’édition (c’est mon premier livre d’eux donc c’est vraiment une supposition de supposition ^^). Je commence tout juste « la tête à l’envers » et j’ai l’impression d’être face au même cas: ça ne répond pas à des codes particuliers, mais ce sont des textes vraiment délectables!
      Pour revenir à « l’hôtel », l’intrigue et le dénouement sont assez inattendus et l’écriture est vraiment magnifique. 🙂

      J'aime

  2. Un huit-clos plutôt flippant !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton avis! Tu l’as lu aussi?
      J’ai trouvé qu’il était surtout prenant, plus que vraiment flippant. Enfin, c’est un peu en dents de scie, parfois t’as une pause et d’un coup tu te retrouves dans une situation d’angoisse ^^

      J'aime

      1. Non pas lu mais c’est comme ça que je le ressens 😊

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s